La modeste star des Mr Brown's Boys.  Jim Leighton dit de lui : "La personne la plus gentille que j'aie jamais rencontrée, à l'intérieur ou à l'extérieur du football."
La modeste star des Mr Brown’s Boys. Jim Leighton dit de lui : « La personne la plus gentille que j’aie jamais rencontrée, dans ou hors du football. »

Mentionnez 1978 et il dira : « Argentine, c’est tout ce que je veux dire.

Dans un jeu d’association de mots, 1982 produirait probablement une réponse du type : « ‘Toepoke.’ Ça vient de bouleverser le meilleur Brésil de l’histoire (il n’avait jamais été champion du monde). Alors le monsieur m’excuse : Alan Handsome et Willie Van Cleef. Encore une fois la différence de buts. »

S’inscrire à notre newsletter quotidienne

Le bulletin je couper le bruit

1986 ? « Wee Gordon dans son short de plage : ‘Regarde, ma jambe peut monter si haut.’ Sale Uruguay. Pouvons-nous encore sortir des groupes d’appel si nous épelons correctement « Nezahualcoyotl » ? « Puis il y a 1990 : « Encore un mauvais équipement, talon arrière culotté, encore Brésil, coup Murdo. » Et 1992 : « Bonjour Euros, nous sommes Ecosse, faites la bise.

C’était encore l’Euro en 1996 : « Le football arrive-t-il ? Tu viens ben ? Quelque chose comme ça. Mais la balle s’est déplacée ! Gazza est tombé dans le fauteuil du dentiste et une nation comme Laurence Olivier voulait être dans Homme de marathon forer des dents parfaitement saines. »

Mais 1998, qui s’en souvient ? Je veux dire, nous savons tous ce qui s’est passé, mais à ce moment-là, avons-nous commencé à considérer la qualification de l’Écosse comme acquise ? Atteindre la finale vous a-t-il paru un peu routinier ? Quoi, est-ce qu’on va rejouer le Brésil pas plus romantique ? Arrête, tu nous gâtes ! Bien après cela, bien sûr, tout s’est arrêté et nous sommes passés à NFI pour toutes les parties ultérieures.

Peut-être que vous ne le pensez pas en 98 et je suppose que c’est une question d’âge. Si vous étiez au stade impressionnable de la vie il y a 23 ans lorsque Craig Brown, un ancien enseignant, a organisé votre voyage scolaire pour la 16e Coupe du monde, alors tout ce qui concerne la Coupe du monde en France sera toujours vivant, pertinent et réel. Si ce n’était pas le cas, vous pourriez être satisfait du documentaire de la BBC Scotland. Les garçons de M. Brown.

Bon titre, bon programme. Je sais tout sur la mission sous-marine en Argentine et comment, semi-tragiquement, ce n’était pas vraiment une mission, mais j’ai complètement raté le Bannockburn Four. Ce sont les gars qui ont fait briller ce qui doit être le plus haut mât de drapeau d’Écosse, une tâche ardue, ont-ils dit, en particulier dans les kilts lorsque vous devez utiliser des clés, et ils ont emmené le sautoir géant du site de bataille lors d’une visite de l’Auld Alliance, temporairement remplacer par une couverture mate. La note ci-jointe disait : « Il est allé en France.

La qualification pour le tournoi a été assez mouvementée, avec le match « Une équipe à Tallinn » et la confusion quant à savoir si l’Écosse devrait jouer contre la Biélorussie le jour des funérailles de la princesse Diana, les joueurs des Rangers s’y opposant consciemment.

Parce que la France est si proche, et parce que c’était l’époque de l’Ecossais professionnel à l’étranger… Un cœur brave Les gars n’associent plus le kilt avec les Adidas Sambas et les chaussettes éponge blanches sales – il y avait une énorme clameur pour être en finale.

Lire la suite

Lire la suite

L’entraîneur écossais Steve Clarke répond aux paroles chaleureuses de José Mourinho

Dans le film, Jim Leighton se souvient d’Aberdeen jouant à St Johnstone alors que la saison nationale se terminait et que Roddy Grant prenait sa position habituelle sur un corner et marchait presque sur les orteils du gardien de but : « Hé Jim, avez-vous des billets ? » sifflement.

Il y avait une chanson de la Coupe du monde : « Don’t Come Home Too Soon » de Del Amitri. Le capitaine Colin Hendry n’était pas amoureux du titre : « Quel genre de message est-ce ? – ou encore la consigne du vidéaste d’imiter une publicité de Ronaldo de l’époque, tournée dans un aéroport : « Mais je ne peux pas rester éveillé ! » le capitaine gémit.

Craig Burley pense qu’un meilleur nom pour la chanson aurait pu être « Come Back At the Same Time As Usual ». Le milieu de terrain aux dents creuses est sans doute la star du docteur. Vous pensiez peut-être qu’en 1998, tous les footballeurs vivaient comme des moines. Pas exactement. « Deux soirs avant un match », dit-il, « le petit Johnny, après avoir mangé uniquement de la salade, faisait des pompes dans sa chambre ; pendant ce temps, nous essayions de faire glisser des bières dans l’escalier de secours. »

« Wee Johnny » est John Collins dont le corps était vraiment son temple. Le manager Broon déclare : « Il aimait enlever sa chemise et montrer son ventre. À juste titre pour le travail qu’il a mis dans sa forme physique, incroyable. »

C’était donc le Brésil lors du premier match. Match d’ouverture du tournoi également, à Paris. Brown a eu une excellente idée pour agrémenter l’occasion d’une touche supplémentaire : l’équipe entrerait sur le terrain de l’État de France en kilt. « J’ai toujours insisté pour que les joueurs représentent bien l’Ecosse », dit-il. Les blazers de la SFA avaient recommandé, euh, plus de blazers en flanelle. Brown a accepté la demande, mais c’était, euh, de la flanelle. Les kilts sont tombés comme une tempête.

Darren Jackson, peut-être plus que la plupart, se pinça. Sa carrière avait commencé chez Meadowbank Thistle, un travailleur à temps partiel qui travaillait comme imprimeur pendant la journée, et soudain, il était face aux Ronaldo et aux Rivaldos. Jacko avait sa petite routine : être toujours le dernier à sortir du vestiaire. Juste en face de lui se trouvait Colin Calderwood, qui aimait entrer dans la zone en se frappant avant le rugissement psychopathe : « Allons-y ! « Malheureusement », rigole Jacko, « le grand homme a quitté la pièce et a tourné à droite au lieu de gauche. »

Malheureusement, l’Ecosse est rentrée trop tôt. Un embarras pour l’équipe et leur patron, avec Leighton disant de Brown : « La personne la plus gentille que j’ai jamais rencontrée, dans ou hors du football. »

L’armée tartan, cependant, aura toujours Paris. « C’était comme si vous étiez au centre du monde », se souvient un fan, alors que son partenaire énumère le divertissement musical : « Ally McCoist chantant ‘Born to Run’ avec un groupe de Kenny Dalglish, Sean Connery, Gavin Hastings et Ewan McGregor Bruce Springsteen a-t-il déjà surmonté cela?

Mr Brown’s Boys passe sur BBC1 mardi à 21h.

Un message de l’éditeur :

Obtenez un an d’accès illimité à toutes les couvertures sportives de The Scotsman sans avoir besoin d’un abonnement complet. Analyse d’experts des plus grands jeux, interviews exclusives, blogs en direct, actualités en streaming et 70 % de publicités en moins sur Scotsman.com, le tout pour moins de 1 £ par semaine. Abonnez-vous dès aujourd’hui

READ  Quand la saison 5 de Better Call Saul sortira-t-elle sur Netflix ?