Il y a dix jours, une dédicace de Claude Onesta adressée à Didier Dinart a suscité la polémique après sa publication dans les médias antillais et espagnols. Dans cet écrit datant de 2014, en couverture de son livre «Le règne des affranchis», Onesta, alors entraîneur de l’équipe de France, s’est adressé à la Guadeloupe, qui était son remplaçant avant de lui succéder en 2016: “Didier, l’esclave qui a le plus profité de sa libération … en espérant qu’il ne remette pas les chaînes à ses joueurs”.

“C’est une dédicace privée […]. a défendu Onesta, désormais chef de la cellule haute performance de l’Agence nationale des sports (ANS). Cela, bien sûr, n’était pas un problème à l’époque. Je vous rappelle que nous parlons de quelqu’un à qui j’ai donné les clés de l’équipe de France, que j’ai installée en tant que coach. […] Si j’avais eu la moindre animosité ou des sentiments racistes à son égard, nous ne serions pas arrivés aussi loin ensemble. “

Mercredi, Dinart s’est expliqué pour la première fois à ce sujet, dans une interview à Parisien s’est mis en ligne ce mercredi soir. L’ancien entraîneur, démis de ses fonctions en janvier dernier, estime que, peu importe combien de six ans se sont écoulés, “Claude Onesta doit savoir que ses propos sont douteux et irrespectueux”. “Ces mots m’ont blessé, ainsi que ma mère, et ont choqué ceux qui m’entouraient”, Il insiste. Au moment de cette dédicace, il n’avait pas voulu en parler publiquement. “Honnêtement, si j’avais parlé à ce moment-là, je prendrais directement un carton rouge”, il assure.

READ  Le vestiaire du PSG commence à poser des questions sur Tuchel

“Si j’avais parlé à ce moment-là, je prendrais directement un carton rouge

La polémique a éclaté au milieu de la campagne pour la présidence de la Fédération, dans laquelle Dinart soutient Olivier Girault contre les deux autres candidats, Philippe Bana et Jean-Pierre Feuillan. “Peu importe que ce soit une période pré-électorale, le technicien répond. Claude Onesta ne se présente pas aux élections. Mais si cela soulève le débat démocratique, tant mieux. “

L’ancien défenseur ne donnera pas de suivi juridique à cette affaire, indiquant être “Sur une base morale”. La question «Pensez-vous vraiment que Claude Onesta est raciste? “, ne répond pas directement: «C’est à chacun de se forger une opinion, mais je trouve ses propos discutables … […] Ces mots sont impardonnables et indéfendables […]. Nous ne pouvons pas constamment renvoyer les gens à leur identité religieuse, ethnique ou culturelle. “