L’usine Bridgestone de Béthune – F. Launay / 20 minutes

La direction de Bridgestone France vendredi s’est félicité de l’adoption d’un ensemble de mesures sociales pour accompagner la fermeture de la
usine de pneus
Béthune Avec la plupart des syndicats, l’intersyndicale s’est dite satisfaite d’avoir obtenu une licence de redéploiement “conforme aux préjugés”.

«Bridgestone France et la majorité des syndicats représentatifs ont aujourd’hui entériné (…) un premier train de mesures sociales d’accompagnement liées au projet de mettre fin à l’activité du site de Béthune», a annoncé la direction dans un communiqué.

Permis de reclassement de 21 à 24 mois

Ces mesures comprennent un plan de préretraite avec prise en charge pour une période de sept ans et une allocation de 75% du salaire brut, ainsi qu’un congé de reclassement de 21 à 24 mois, selon la situation des salariés.

Un système de départ anticipé a également «permis la validation du projet de plus de 131 salariés à ce stade», sur les 863 du site, «dont 33 ont trouvé un poste permanent», souligne la direction.

Contacté par l’AFP, l’avocat du CSE Stéphane Ducrocq s’est dit «très satisfait» des mesures d’accompagnement adoptées. “Les syndicats ont obtenu presque ce qu’ils voulaient, un déclassement à 24 mois, au détriment des salariés”, a-t-il déclaré.

Il a salué la «lutte acharnée et difficile» de l’intersyndicale pour «convaincre la direction que l’élaboration d’un plan conforme aux normes ne suffirait pas».

Fermeture de l’usine en 2021

Le 10 décembre, les dirigeants syndicaux de l’usine ont dénoncé la position «honteuse» de la direction dans les négociations liées à la fermeture du site. Le syndicat avait initialement réclamé une licence de reclassement de 36 mois, contre 12 à 15 mois proposés par la direction, selon Me Ducrocq.

Le géant japonais du pneumatique a annoncé mi-septembre la fermeture du site de Béthune en 2021, invoquant un problème de surcapacité de production en Europe, avant de fermer la porte à un scénario alternatif proposé par le gouvernement pour sauver l’usine et la préserver sur place. environ 500 emplois.

READ  Les marchés boursiers mondiaux sourient à l'hypothèse de Biden à la Maison Blanche