L’économie française a terminé 2021 sur une note élevée, dépassant les attentes avec une croissance de 0,7 % au cours des trois derniers mois de l’année et aidant le pays à réaliser son expansion la plus rapide depuis 52 ans.

Le bureau national des statistiques a déclaré que la croissance moyenne en 2021 était de 7%, son taux le plus rapide depuis le point culminant des «30 glorieuses» en 1969, alors que l’économie a fortement rebondi après sa contraction de 8% en 2020 lorsque la pandémie de coronavirus a frappé pour la première fois.

La deuxième économie de la zone euro est revenue à son niveau de produit intérieur brut d’avant la pandémie au troisième trimestre, a-t-il déclaré, dépassant la plupart des grands pays européens.

La France a été stimulée par un net rebond des dépenses de consommation après l’assouplissement des restrictions sur les coronavirus l’année dernière. Il a bénéficié de sa moindre exposition aux goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement qui frappent la fabrication dans l’Allemagne voisine.

Au quatrième trimestre, l’économie a été alimentée par une hausse de 0,4 % des dépenses des ménages et une augmentation de 0,5 % des investissements, tandis que les variations des stocks ont également ajouté 0,4 point de pourcentage à la croissance. Le commerce a apporté une contribution négative de 0,2 pour cent.

Cela a porté la croissance globale de la production au-dessus des 0,5% attendus par la plupart des économistes, tout en marquant une décélération par rapport à sa croissance de 3% au trimestre précédent.

Cependant, les économistes s’attendent à un nouveau ralentissement de l’économie française au début de cette année après que les cas quotidiens de coronavirus dans le pays aient atteint un sommet de 500 000 cette semaine.

READ  Évasion du château: un palais italien de 50 millions de livres sterling à démolir en Provence

Le nombre de malades du Covid-19 dans les hôpitaux français est passé au-dessus des 30 000 pour la première fois depuis novembre 2020.

Le gouvernement, qui prévoit d’assouplir les restrictions sur les coronavirus le mois prochain, avait précédemment prévu que l’économie augmenterait de 4% en 2022.