Les dirigeants de l’Union européenne réunis lors d’un sommet à Bruxelles ont décidé, jeudi 10 décembre, de sanctionner les actions “Illégal et agressif” de la Turquie en Méditerranée contre Athènes et Nicosie, a annoncé un porte-parole du Conseil européen. “Les mesures décidées seront des sanctions individuelles, et des mesures supplémentaires pourront être décidées si la Turquie continue ses actions.”a expliqué un diplomate européen. Une liste de noms sera établie dans les semaines à venir et soumise aux États membres pour approbation, conformément aux conclusions adoptées par le sommet des 27 à Bruxelles.

Les dirigeants européens ont donné un mandat au chef de la diplomatie européenne Josep Borrell de su “Préparer un rapport au plus tard en mars 2021 sur l’évolution de la situation” et proposer ensuite, si nécessaire, d’étendre les sanctions à de nouveaux noms ou à de nouvelles entreprises, a précisé le diplomate européen. “L’idée est de resserrer la vis progressivement”, il est stressé.

Les différends se sont multipliés avec la Turquie, engagée dans des actions de provocation contre la Grèce et Chypre et engagée militairement dans les conflits en Libye, en Syrie et au Haut-Karabakh.

Mais la Turquie est membre de l’OTAN et Ankara compte de nombreux adeptes au sein de l’organisation, reconnaissent les diplomates de l’Organisation. Toutes les sensibilités ont été exprimées lors du sommet. L’absence de consensus a notamment exclu l’adoption de sanctions économiques contre des secteurs d’activité et la demande de la Grèce d’imposer un embargo européen sur les armes à la Turquie.

READ  Gérald Darmanin défend sa politique et réitère son "soutien indéfectible à la police"