Lors d’une matinée récente dans le quartier de la rive gauche de Paris, la guide touristique Mina Briant a conduit un petit groupe devant le légendaire Café Les Deux Magots et l’église Saint-Germain-des-Prés, deux aimants pour les touristes, jusqu’à un patio verdoyant niché à l’arrière rue

Là, Briant, qui travaille pour les tournées Femmes de Paris, a pointé du doigt « L’édition des femmes » et expliqué qu’il s’agissait du premier éditeur européen pour femmes. Il a été créé par Antoinette Fouque au début des années 1970, une période où la France était secouée par des protestations contre un manifeste sur l’avortement, écrit, entre autres, par l’écrivain féministe Simone de Beauvoir. La maison d’édition continue à ce jour avec un espace librairie et galerie dédié au travail des écrivains.

C’est un bon début pour une tournée axée sur les luttes et les réalisations des femmes écrivains et éditrices. Dans une autre rue, Briant a indiqué un appartement ensoleillé qui, dans les années 1890, abritait la prolifique écrivaine française Sidonie Gabrielle Colette, connue simplement sous le nom de Colette, avec son premier mari, Willy, éditeur et éditeur.

« Colette a écrit ici sa première série de livres, qui sont devenus des best-sellers, mais ils ont tous été publiés sous le nom de Willy », a déclaré Briant, un Parisien, à son public envoûté. « Willy avait aussi l’habitude d’enfermer Colette dans sa chambre pendant des heures pour la faire travailler plus dur et produire plus, puisqu’il gagnait de l’argent grâce à son talent. »

Dans un autre coin quelconque, les visiteurs contemplent un immeuble où vécut un temps l’écrivaine à succès George Sand, née Aurore Dupin en 1804. Elle devint la première femme à travailler pour le journal Le Figaro, écrivit plus de 80 romans et nouvelles, et elle était connue pour ses nombreuses liaisons avec des membres des deux sexes, dont le pianiste Frédéric Chopin.

« Son éditeur a dit qu’elle vendrait plus d’exemplaires si elle utilisait un nom d’homme, alors elle est devenue George Sand. Elle a également adopté cet alter ego masculin », a déclaré Briant.

« Son costume est devenu plus masculin, il a fumé la pipe en public et a réussi à obtenir une licence pour se travestir, ce qui était illégal à l’époque. »

« Une histoire à sens unique »

C’est le genre d’histoires et de noms décalés que la plupart des 33 millions de visiteurs attendus à Paris cette année (les chiffres repartent à la hausse après deux ans de pandémie de COVID) ne rencontreront probablement pas, même s’ils visitent le quartier Saint-Germain. des-Prés, chargé d’histoire intellectuelle et littéraire.

READ  C'est quand l'Eurovision ? L'Ukraine est-elle favorite ? Le Royaume-Uni pourrait-il provoquer la surprise à Turin ? Tout ce que vous devez savoir sur le concours | Actualités des Arts et Entités

« Le récit que vous avez tendance à entendre lors de la plupart des visites d’introduction à Paris est dominé par de grands hommes qui ont influencé la ville comme [King] Henri IV, Napoléon Bonaparte, Victor Hugo ou Louis XIV », a déclaré Heidi Evans, fondatrice des tournées Women of Paris, à DW.

« Si vous pensez à certains des acteurs clés de l’histoire de France, beaucoup de ces hommes règnent, puis quelques mauvaises reines », a-t-il déclaré. « Vous comprenez vraiment cette histoire unilatérale qui consiste à glorifier des hommes courageux et à diaboliser des femmes comme Marie-Antoinette. [last queen of France before the revolution of 1789] ou Catherine de Médicis [queen of France from 1547 to 1559], qui est vilipendée par tous les guides touristiques comme cette reine maléfique et sanguinaire ; beaucoup d’autres femmes ne sont mentionnées qu’en tant qu’amantes ou muses. »

Evans parle d’expérience. Elle a déménagé à Paris depuis Londres, où elle a étudié la littérature française, et a commencé à tourner pour diverses compagnies en 2014, s’immergeant dans l’histoire de la ville.

« Ma tante est venue me rendre visite et s’est jointe à l’une de mes tournées à Paris et a commenté à la fin à quel point j’avais peu parlé des femmes. À partir de ce moment-là, je n’ai pas pu me sortir l’idée de la tête », a déclaré l’acteur de 32 ans. -vieux ans. dit le vieil homme.

« L’effacement des femmes »

Cette réalisation décourageante a fait place à l’opportunité. En 2016, Evans a lancé les visites Women of Paris et la première de plusieurs promenades thématiques consacrées à l’histoire des femmes et à leur influence déterminante sur les arts, le théâtre, la littérature, la culture et la politique de la ville.

« Quand j’ai commencé à faire des recherches sur les tournées, j’ai été étonné que les femmes du passé de Paris soient si effacées. Plus vous faites de recherches, plus vous découvrez à quel point les femmes étaient invisibles », a déclaré Evans.

Ces découvertes font partie des promenades thématiques qui, entre autres, permettent au visiteur de redécouvrir certaines reines dénigrées, comment elles régnaient et dans quel contexte. Les visites les conduisent également au sanctuaire de sainte Geneviève, patronne de Paris, entre autres.

READ  L'école à charte d'immersion française s'agrandit dans la paroisse de Saint-Landry

Au Panthéon, la grande nécropole nationale française, qui se dresse au sommet d’une colline dans le Quartier Latin de Paris, les visiteurs découvrent les quelques femmes qui y sont enterrées. La première femme à y être acceptée pour ses propres mérites a été la célèbre scientifique franco-polonaise Marie Curie, en 1995. D’autres l’ont suivie, dont Simone Veil, survivante de l’Holocauste et icône des droits des femmes. L’année dernière, la danseuse, chanteuse et militante des droits civiques d’origine américaine Josephine Baker est devenue la première femme noire à être enterrée dans cet espace vénéré.

Les visiteurs apprennent également que bon nombre des principaux musées de la ville sont dominés par des artistes masculins. Seules environ 300 œuvres d’art parmi le demi-million d’œuvres du Louvre sont attribuées à des femmes, selon Evans.

Il a dit que 4 000 des 6 000 rues de Paris portent le nom d’hommes ; seulement 300 après les femmes. Les statues et sculptures de la ville sont également majoritairement masculines ; les féminins qui existent sont largement allégoriques, par exemple celui de Marianne, qui incarne la République française et représente de vraies femmes.

« Très peu de sites touristiques incontournables dans la ville honorent ou mettent en valeur le travail des femmes. Ils sont liés à un passé patriarcal », a déclaré Evans.

« Voix féminines oubliées »

Le manque de reconnaissance des contributions des femmes dans l’écriture et l’édition est également un thème récurrent lors de la marche axée sur les femmes écrivains.

Lors de sa récente tournée, la guide Briant a confié aux participants que ce n’est qu’en 2017, après plusieurs demandes, que la première femme écrivain a intégré le baccalauréat français. [secondary school] Programme : Madame de La Fayette, romancière du XVIIe siècle, a rejoint des auteurs masculins célèbres tels que Victor Hugo, Gustave Flaubert et Honoré de Balzac sur la liste de lecture obligatoire.

Cette année, la dramaturge et militante politique française Olympes de Gourges, connue pour sa « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » de 1791, a également été ajoutée à la liste.

« Pendant longtemps, il y avait cette perception élitiste que seuls les hommes méritaient d’être publiés », a déclaré Briant aux participants de la tournée. « Des écrivains comme Colette et George Sand étaient considérés comme légers et frivoles. L’écriture des femmes n’a été vraiment considérée comme importante que bien plus tard au XXe siècle. »

READ  Un groupe d'entrepreneurs ghanéens crée une application de codage pour démocratiser la science et la technologie en Afrique

La seule femme non française dont on parle pendant la tournée est l’expatriée américaine Sylvia Beach, qui a ouvert la librairie Shakespeare and Company à Paris. C’est devenu un lieu de rencontre très important pour des écrivains tels qu’Ernest Hemingway et James Joyce, dont il a publié le livre Ulysse en 1922.

Pourtant, Beach, qui a joué un rôle majeur dans la formation des arts au début du XXe siècle à Paris, reste largement méconnu. Une plaque à l’extérieur de l’adresse d’origine du magasin ne mentionne pas qui était Beach ou sa librairie; il ne mentionne que Joyce.

« C’est fascinant d’en savoir plus sur cette histoire méconnue de Paris et toutes ces voix féminines qui ont été oubliées », a déclaré Meghan Devine, qui vient d’Écosse et a fait la tournée littéraire, à DW. « Je ne me souviens pas non plus d’avoir lu des écrivaines à l’école en Écosse. »

« Bien comprendre l’histoire »

Les Femmes de Paris ne sont pas les seules à essayer de rééquilibrer l’histoire de la ville et à attirer l’attention sur l’apport des femmes. Certains autres groupes de niche proposent désormais également des « visites féministes » du Louvre et du musée d’Orsay, ainsi que du célèbre cimetière du Père Lachaise.

Evans, cependant, a déclaré qu’elle avait consciemment évité d’utiliser le mot « féministe » lors de ses visites à pied dans le but de les ouvrir à un public plus large.

« Il est important de comprendre que les femmes sont capables de grandeur et de réussite, tout comme les hommes. C’est aussi une compréhension beaucoup plus juste de l’histoire », a-t-elle expliqué. « Je pense que nous devons voir ces femmes du passé à Paris pour toutes les choses incroyables qu’elles ont apportées et le rôle qu’elles ont joué dans la ville pour voir comment nous pouvons agir à l’avenir, pour être inspirées. »

Édité par : Manasi Gopalakrishnan et Cristina Burack