Voir la galerie d’images complète >>

L’année 2020 s’est terminée dans un désordre brûlant pour les 861 voitures incendiées en France le soir du Nouvel An. Brûler des voitures est une tradition de plusieurs décennies, en particulier dans les grandes villes, mais les restrictions liées aux coronavirus ont maintenu le chiffre de l’année dernière bas.

Mettre le feu à une voiture est une façon inhabituelle de sonner la nouvelle année. Cette a commencé dans les années 1990, en grande partie comme une forme de protestation à la périphérie des grandes villes, mais l’attention qu’elle a reçue des médias a contribué à en faire un concours. Les habitants des grands centres urbains ont commencé à incendier autant de voitures que possible le 31 décembre, généralement après la tombée de la nuit, et ont attendu que les représentants du gouvernement publient les chiffres en janvier. 1 pour voir quelle ville a brûlé le plus de véhicules. Paris et Marseille, villes opposées géographiquement, culturellement et dans le sport, alternaient normalement en haut du podium.

Alarmé, le gouvernement a exhorté les responsables de l’application de la loi à ne pas divulguer les chiffres spécifiques à la ville, puis a cessé de fournir un décompte national pour tenter d’étouffer la rivalité, mais les statistiques remontent à la surface par des fuites. . Le total pour 2020 a été obtenu par Europe 1 de sources anonymes au sein du gouvernement français. Et si 861 est un nombre énorme, cela représente une baisse de 41% par rapport au réveillon du Nouvel An 2019, où 1457 voitures étaient torréfiées en France.

READ  Clichés racistes: pourquoi certains personnages de Disney posent problème

Les incendiaires ne se désintéressent pas des barbecues et ils ne manquent pas de liquides inflammables. Après des semaines de fermetures strictes, la France a commencé à imposer un couvre-feu de 20 heures dans tout le pays début décembre 2020, rendant ainsi la combustion d’une voiture après la tombée de la nuit le soir du Nouvel An doublement illégale. Nous émettons l’hypothèse que le couvre-feu et l’amende de 135 euros (166 $) infligée à ceux qui l’ont violé, expliquent en partie la baisse significative des incendies. Il est clairement impossible de réduire ce nombre à zéro; même en fermant les stations-service Le 31 décembre n’a pas entamé le décompte.

Les rivalités entre pays ne sont qu’une partie de cette équation infernale. Les forces de l’ordre notent que de nombreux automobilistes profitent des émeutes annuelles pour commettre assurance Fraude – Certains attribuent jusqu’à un tiers des incendies à la fraude, et les voleurs y voient un moyen pratique de se débarrasser de voitures volées sans trop attirer l’attention sur eux-mêmes.