Lors de sa conférence de presse jeudi avec Jérôme Salomon, le ministre de la Santé a mis en garde contre la deuxième vague de Covid-19: “c’est là et c’est violent”.

Bien que le nouveau confinement n’ait qu’une semaine, l’exécutif se montre sur le pont face à l’épidémie de Covid-19. Lors de sa conférence de presse de jeudi, le ministre de la Solidarité et de la Santé, Olivier Véran, a mis en garde les Français sur la gravité de la situation. Il souligne l’augmentation inquiétante du nombre de cas positifs, d’hospitalisations et d’admissions en réanimation.

«La seconde n’est donc pas une abstraction, mais elle est là et elle est violente. Face à cela, nous sommes pleinement mobilisés depuis des semaines, avec un seul objectif: pouvoir soigner toutes les personnes qui devraient bénéficier de soins, qui ‘ont un coronavirus ou souffrent d’autres maladies », dit-il.

Avant lui, le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, a annoncé que, mercredi, 58 046 personnes avaient été testées positives au Covid-19 en France. «Ce seront les patients hospitalisés de demain», prévient-il.

Olivier Véran a également insisté sur le fait que les nouvelles mesures restrictives, notamment l’endiguement, étaient prises sur la base de «projections précises et (…) à très court terme». En réponse à son opposition politique, qui lui a donné du fil à retordre à l’Assemblée nationale lors de la discussion du projet de loi visant à prolonger l’état d’urgence sanitaire.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV

READ  quatre questions sur un possible isolement plus «restrictif» des patients