• D’ici 2030, les pays se sont engagés à mettre fin à la pauvreté et à protéger la planète.
  • Mais comment sont financés les 17 Objectifs de Développement Durable des Nations Unies ?
  • Les pays du G7 sont les principaux donateurs d’aide aux pays en développement.
  • Avant COVID-19, il y avait un déficit de financement annuel de 2,5 billions de dollars pour le développement durable dans les pays en développement.
  • Et la pandémie a peut-être augmenté cela de 70 % supplémentaires.

Dans moins de 10 ans, le monde atteindra une période critique pour le développement durable.

D’ici 2030, les pays se sont engagés à mettre fin à la pauvreté, à protéger la planète et à faire en sorte que tous jouissent de la paix et de la prospérité.

Cet agenda universel, qui comprend 17 objectifs de développement durable (SAO) et 169 cibles – a été adopté par les 193 États membres des Nations Unies en 2015.

Dès le début, les dirigeants mondiaux ont compris que les budgets d’aide étrangère devaient être renforcés par d’autres sources de financement, telles que l’investissement privé, pour couvrir le coût d’objectifs mondiaux ambitieux tels que les soins de santé pour tous et la faim zéro.

Ils se sont ensuite mis d’accord sur un nouveau cadre mondial pour financer le développement durable.

Voici une brève explication.

Ce sont les pays qui signalent des progrès dans la réalisation des ODD.

Image : Notre monde en données

Qu’est-ce que le financement du développement durable ?

Il s’agit de savoir comment le monde paie pour le développement durable. Pays signés accords internationaux de financement du développement à Monterrey, Mexique en 2002 ; Doha, Qatar en 2008 ; et à Addis-Abeba, en Éthiopie en 2015.

Les Programme d’action d’Addis-Abeba forgé un nouveau cadre mondial pour le financement du développement durable. Il contient plus de 100 mesures concrètes, couvrant des domaines tels que les sources de financement et la coopération dans les domaines de la technologie, du commerce et du renforcement des capacités.

De nombreuses nouvelles initiatives ont été mises en place pour atteindre ces objectifs, notamment un nouvel engagement des pays à atteindre un objectif de 0,7% du revenu national brut pour l’aide publique au développement (APD).

Pourquoi 0,7 % est-il un chiffre clé ?

Le chiffre a été fixé par l’ONU pour que les pays consacrent 0,7% de leur revenu national brut à l’APD. Il s’agit de l’aide gouvernementale qui soutient développement économique et bien-être dans les pays en développement.

L’objectif de dépenses était convenu pour la première fois en 1970, et a depuis été approuvé lors de conférences internationales de haut niveau sur l’aide et le développement.

D’où vient l’argent?

Les pays du groupe des nations du G7 (Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni et États-Unis) représentaient 76 % de l’APD en 2020.

Les dépenses pour aider les pays en développement à lutter contre le COVID-19 ont porté l’aide internationale à plus de 160 milliards de dollars en 2020, selon le Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Mais 13 pays ont également réduit leurs contributions à l’aide, dont l’Australie, la Grèce, l’Italie, la Corée du Sud, le Luxembourg, le Portugal et le Royaume-Uni.

Quel est le déficit de financement ?

Avant la pandémie, les pays en développement manquaient 2,5 billions de dollars par an pour financer les ODD, selon l’OCDE.

Il prévient que l’impact de COVID-19 pourrait désormais augmenter de 70 % ce déficit de financement du développement durable dans les pays en développement, soit 1 700 milliards de dollars.

Il s’agit d’une réunion annuelle qui présente les meilleurs exemples de coopération public-privé et de technologies de la quatrième révolution industrielle qui sont utilisées pour développer l’agenda du développement durable.

Il se déroule conjointement avec l’Assemblée générale des Nations Unies, qui accueille cette année un sommet sur le climat d’une journée. Ceci est opportun étant donné les craintes croissantes du public et l’action des citoyens concernant les conditions météorologiques, la pollution, la santé des océans et le déclin de la faune. Il reflète également une compréhension de l’analyse de rentabilisation croissante pour l’action.

Les Objectifs de développement stratégique des Nations Unies et l’Accord de Paris fournissent l’architecture pour résoudre bon nombre de ces défis. Mais pour y parvenir, nous devons changer les modes de production, d’exploitation et de consommation.

Le travail du Forum économique mondial est essentiel et le sommet offre l’opportunité de débattre, de discuter et de participer sur ces questions au niveau politique mondial.

Travailler ensemble pour un avenir durable

Accélérer les progrès vers les ODD est l’objectif central du prochain Sommet 2021 sur l’impact du développement durable du Forum économique mondial.

Organisé virtuellement conjointement avec l’Assemblée générale des Nations Unies, l’événement, du 20 au 23 septembre, proposera des séances de travail, des tables rondes, des dialogues et des séances d’information sur revitaliser les économies, promouvoir une reprise inclusive, intensifier l’action climatique et façonner les systèmes alimentaires du futur.

« Veiller à ce que le monde sorte de la pandémie plus fort qu’il n’est entré ne sera possible que si les dirigeants travaillent ensemble au-delà des secteurs et des frontières pour partager et déployer des connaissances, des innovations et des approches prometteuses et accélérer la reprise », a déclaré le Forum.


READ  Les fédérations professionnelles appellent à l'interdiction du Black Friday