Ce mois-là à Londres, plus de 40 personnes de tous les coins du monde se sont inscrites pour enchérir sur une nature morte d’une plante en pot, l’un des chiffres les plus élevés jamais enregistrés, et le rythme ne montre aucun signe de ralentissement. La semaine dernière, cinq de ses peintures se sont vendues à trois endroits en une journée, battant toutes les estimations par des facteurs de 3 à 8.

Les prix dans les galeries restent cependant relativement modérés. « Les prix des enchères sont environ quatre fois plus élevés que ceux auxquels nous les vendons », a déclaré Toby Clarke de la Vigo Gallery de Londres, qui a organisé l’exposition actuelle à Wellington Arch.Ici, les peintures, qui font une référence ludique à une rencontre fictive entre Wellington et Napoléon habillés en bêtes mythiques, loups à deux têtes et serpents, ils étaient au prix de 14 000 $ pour de petits travaux jusqu’à 75 000 $. La vente totale n’était pas inattendue. « Nous avons des centaines, voire des milliers, de personnes qui souhaitent acheter quelque chose à Jordy », déclare Clarke.

Interrogé sur l’emplacement de Wellington Arch, Kerwick a suggéré une référence historique inattendue. Yves Klein, un artiste français espiègle du XXe siècle qui a organisé une exposition dans une galerie complètement vide et a proposé de baigner la place de la Concorde dans sa lumière ‘Yves Klein Blue’ comme une œuvre d’art, était l’un de ses héros, a déclaré . . Comme Klein et Wellington, le stratège militaire, Kerwick a ajouté un élément de surprise à son choix d’emplacement.

El próximo espectáculo de Kerwick será con Vito Schnabel, el comerciante hijo del artista Julian Schnabel, en Los Ángeles, mientras que Frieze Art Fair en Londres planea colocar una de sus esculturas, tallada en piedra de Portland, en su exposición de esculturas de Regent’s Park en septembre. .

READ  Le conducteur de Tesla s'est arrêté à 140 km / h sur l'autoroute, allongé et endormi au volant

Pendant ce temps, Clarke a d’autres projets pour Wellington Arch : l’un est pour l’artiste soudanais Ibrahim El-Salahi, star de l’actuelle Biennale de Venise qui prépare une rétrospective à la Tate Modern, et un autre pour Marcus Harvey, qui s’est fait connaître avec son Portrait du tueur en série Myra. Hindley, peint à l’aide d’empreintes de mains d’enfants dans l’exposition « Sensation » de la collection Saatchi à la Royal Academy. Une fois de plus, il y aura une surprise pour les touristes du patrimoine anglais.